L’essentiel ici est d’expliquer de façon simple ce qu’est la doctrine de la prospérité et de bien saisir pourquoi est-ce si dangereux ?

Avant de parler de Doctrine ou théologie de la prospérité, il faut d’abord parler de sa source, le THEISME.

Le Théisme

Cette théologie s’oppose à la théologie de la croix qui fait notre identité luthérienne :

– Dieu qui se révèle UNIQUEMENT à la croix. Si nous voulons connaître Dieu ; il nous faut aller à la croix de Golgotha (à l’image du soldat romain qui a reconnu en Jésus le Fils de Dieu).

– Par contre, le THEISME met particulièrement un accent sur la puissance et la force et l’omnipotence de Dieu. Nombreux sont ceux qui suivent cette tendance car ne pouvant accepter le fait que cette toute puissance soit révélée à la croix, image sombre et humiliante. Ils préfèrent le Jésus ressuscité au troisième jour. Pour eux, les vendredi et samedi saints ne sont qu’un mauvais moment à passer pour aller au jour le plus important de la résurrection. Ils ignorent que la victoire est à son véritable apogée juste au moment où Jésus annonce à ses disciples que « le prince du monde est jugé » (Jean 16,11) et qui est tout le sens du SACRIFICE qui réconcilie Dieu avec l’Homme.

Pourquoi est-ce si important de donner cette explication ?

Tout dépend comment les gens considèrent-ils le Fils de Dieu. Jésus l’avait demandé à ses disciples : Que disent les gens au sujet du Fils de l’Homme ?

La doctrine de la Prospérité

– Un Jésus Super héros mort sur la croix?

La vision d’un Jésus qui a tout pouvoir dans le ciel et sur la terre mais qui souffre de façon atroce sans même pouvoir se soigner, prendre un calmant, ou aller aux soins palliatifs pour atténuer la souffrance, pourrait certainement choquer notre conscience. .

D’où la question : lorsque Jésus est mort sur la croix, acceptons-nous l’idée que Dieu est MORT ce jour-là ?

La doctrine de prospérité n’accepte pas l’idée d’un Dieu qui se révèle dans la faiblesse et la souffrance.

Les dangers en question

– Interprétation donnée à la référence Deut 28 (Doctrine de la rétribution).

Nous luthériens, nous suivons ce qu’on appelle l’inspiration plénière (Dieu se révèle à nous par l’Ecriture dans toute son intégralité et non seulement par une référence).

Cette pensée était aussi celle des juifs par la suite rectifiée par des textes dans l’AT (Ex : L’histoire de Job : le juste qui souffre sans aucune raison particulière/ le Psaume 73 : tout semble réussir aux méchants, incompréhension/  Hab 3,17-19/ etc.).

· Danger N°01: Penser que la foi est une chose mécanique

· Danger N°02 : Je suis maudit

· Danger N°03 : Je ne fais pas partie des enfants de DIEU si je n’ai pas de succès comme les autres. (On oublie que le ciel n’est pas une récompense).

– Fausse idée sur la justice de DIEU : (Mat 5,45)/ (Ex 33,19) : nous voulons mettre Dieu dans une boîte de notre logique de justice. Le danger, c’est de nier la souveraineté de Dieu. (Il n’a pas de compte à rendre à qui que ce soit sur ses agissements et ses actions).

– Autre danger : l’orgueil qui peut facilement nous submerger lorsqu’on a croit avoir été béni par de multiples grâces. Et on commence à juger les autres.

Les réponses à nos prières font partie de la GRÂCE. Elles ne nous sont pas dues et ne sont pas des récompenses à nos mérites.

Rappelons-nous les mots de Luther avant sa mort : Nous ne sommes que des mendiants.

Pasteur Ramanantombotsoa Jean-Luc

Source : Site de l’UELFM