Tout le monde a été choqué par la violence perpétrée par les terroristes à Paris le vendredi 13 Novembre 2015. Ce qui a horrifié le monde entier c’est l’utilisation des armes lourdes. Pour ma part, ce qui m’a interpellé c’est la façon dont ils ont pu agir à l’intérieur de l’Europe en utilisant une nouvelle arme que personne n’a jamais soupçonnée, les réseaux sociaux.
Qui aurait pu imaginer que les réseaux sociaux qui au départ étaient un outil de communication et d’échange entre les individus deviennent une arme de guerre ? Les terroristes l’utilisent pour faire une campagne de terreur et de recrutement de nouveaux assaillants. Et nous avons tous constaté le résultat. Ils arrivent à entrer dans les chambres de nos enfants, de nos jeunes et misent sur l’audio visuelle pour tromper.
Une ancienne recruteuse de terroristes a dévoilé leur stratégie : elle a dit que les cibles favorites sont les jeunes qui se cherchent dans la vie. Ils font tout pour isoler l’adolescent, le couper des membres de sa famille (parents, frères et sœurs); Et quand cette cassure est faite, l’adolescent devient une proie facile. N’importe quelle idéologie véhiculée par la personne qu’il considère comme plus important que sa famille a de l’autorité morale et de la notoriété sur lui.
C’est pourquoi, il est impératif pour nous les parents de préserver tant que possible des discussions assez nourries avec les jeunes pour qu’ils ne soient pas si exposés à ces prédateurs. Il faut passer plus de temps avec nos enfants. Il faut aussi revenir à une ancienne pratique, rencontrer des personnes en vrai et non virtuellement. La paroisse est un cercle idéal pour cela (échange, partage, prier ensemble, repas communautaire, actions de solidarité, etc…). Le but c’est de vivre la vie pleinement dans le monde réel mais pas dans une bulle virtuelle. L’être humain est un être social, il a besoin de contact humain pour s’épanouir dans la vie. La vie en communauté peut donner son apport à ce besoin.

Pasteur Ramanantombotsoa Jean-Luc