Dieu tout puissant, quand mon cœur considère
Tout l’univers créé par ton pouvoir ;
Le ciel d’azur, les éclairs, le tonnerre,
Le clair matin ou les ombres du soir,

De tout mon être, alors, s’élève un chant :
Dieu tout puissant, que tu es grand !
De tout mon être, alors, s’élève un chant :
Dieu tout puissant, que tu es grand !


Quand, par les bois ou la forêt profonde,
J’entends, joyeux, tous les oiseaux chanter ;
Quand, sur les monts, la source avec son onde
Livre au zéphyr son chant doux et léger,

Mon cœur heureux s’écrie à chaque instant :
Ô Dieu d’amour, que tu es grand !
Mon cœur heureux s’écrie à chaque instant :
Ô Dieu d’amour, que tu es grand !


Mais quand je songe, ô sublime mystère,
Qu’un Dieu si grand a pu penser à moi ;
Que son cher fils est devenu mon frère
Et que je suis l’héritier du grand roi,

Alors mon cœur redit, la nuit, le jour :
Que tu es bon, ô Dieu d’amour !
Alors mon cœur redit, la nuit, le jour :
Que tu es bon, ô Dieu d’amour !


Quand mon sauveur, éclatant de lumière,
Se lèvera de son trône éternel
Et que, laissant les douleurs de la terre,
Je pourrai voir les splendeurs de son ciel,

Je redirai dans son divin séjour :
Rien n’est plus grand que ton amour !
Je redirai dans son divin séjour :
Rien n’est plus grand que ton amour !